Athena Center - Women Wisdom

Blog

Femmes & Finances - Une question de confiance en soi?

Femmes & Finances - Une question de confiance en soi?

Seule une start-up sur dix en Suisse est fondée par une femme - bien que la scène suisse des start-up soit en plein essor, écrit Camille Kündig sur Watson. Selon l'European Startup Monitor (statut 2016), la proportion de fondatrices en Europe est de 14,8 %, contre 10,8 % en Suisse. Cette dernière n'est donc pas une référence en termes de progrès.

Quels sont les antécédents ? Les femmes n'ont-elles pas confiance en elles ? Le fait est que la plupart des start-ups sont fondées dans des secteurs agiles et très innovants, tels que la finance, Fintech et l'informatique. Dans chacun de ces secteurs, le nombre de femmes est encore restreint. Beaucoup plus de femmes sont représentées dans des domaines tels que la santé, les services, l'alimentation ou dans les industries créatives.

Dans son article Camille Kündig écrit « il semble que les femmes entrepreneurs pour-raient être plus sûres d'elles lorsqu'il s'agit de convaincre les investisseurs ». Mais d'où les Suissesses peuvent-elles avoir confiance en elles ? Dans les familles suisses, le mari a longtemps été considéré comme l'administrateur de l'argent et le chef de famille. Ce n'est qu’à partir 1988 qu'un mariage a été établi sur le principe de l'égalité des droits des hommes et des femmes. Avant cela, le "mariage d'achat" (Kaufehe) était toujours en vigueur : 'homme obtenait le droit de disposition sur la femme au moyen de la « dot » (Brautpreis).Référence: Wikipedia.

L'exemple de l'Islande montre comment les femmes peuvent non seulement fonctionner financièrement de manière indépendante et avec succès et comment elles peuvent éga-lement sortir un pays d'une crise financière en toute confiance. Trois banques font faillite en 2008 en raison de transactions de crédit risquées, de crashs des devises et de nom-breux emplois sont perdus. Le fait que l'Islande se soit remise de cette catastrophe est dû à des femmes comme la professeure d'économie Katrín Olafsdóttir. En plus de son travail à l'université, elle siège à un comité de la Banque centrale d'Islande, qui surveille la politique monétaire. Neuf des 19 postes les plus élevés de la Banque centrale sont maintenant occupés par des femmes. Partout où l'on gère beaucoup d'argent et où l'on poursuit une politique économique, il y a maintenant plus de femmes à des postes de direction - dans des domaines centraux comme les finances et le contrôle de gestion plutôt que - comme c'était le cas auparavant - principalement dans les domaines des ressources humaines et du marketing.

Aujourd'hui, selon le Forum Economique Mondial, l'Islande est le pays où l'égalité est la plus grande en Europe, suivie de la Norvège, de la Finlande et de la Suède. Une loi oblige les entreprises islandaises de plus de 50 employés à nommer des femmes à au moins 40 % de leurs postes de direction. Cela peut également servir d'exemple pour la Suisse.
 




 Ecrit par Simone le 16:37:15 20.08.2018